MICHAEL McDONALD - If That's What It Takes (1982)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MICHAEL McDONALD - If That's What It Takes (1982)

Message par Pichon le Sam 11 Mar - 9:08



01. Playin' By The Rules
02. I Keep Forgettin' (Every Time You're Near)
03. Love Lies
04. I Gotta Try
05. I Can Let Go Now
06. That's Why
07. If That's What It Takes
08. No Such Luck
10. Losin' End
11. Believe In It



Michael McDonald (chant + piano + piano électrique + synthétiseur + chœurs)
+
Dean Parks (guitare)
Steve Lukather (guitare)
Robben Ford (guitare)
Greg Phillinganes (piano + orgue + piano électrique)
Michael Omartian (piano électrique)
Michael Boddicker (synthétiseur)
Edgar Winter (saxophone)
Tom Scott (saxophone + lyricon)
Willie Weeks (basse)
Louis Johnson (basse)
Mike Porcaro (basse)
Steve Gadd (batterie)
Jeff Porcaro (batterie)
Lenny Castro (percussions)
Bobby LaKind (percussions)
Paulinho Da Costa (percussions)
Ted Templeman (percussions)
Ed Sanford (chœurs)
Maureen McDonald (chœurs)
Kenny Loggins (chœurs)
Christopher Cross (chœurs)
Brenda Russell (chœurs)
Kathy Walker (chœurs)
Amy Holland (chœurs)

Produit par Lenny Waronker et Ted Templeman

Le temps où MICHAEL McDONALD faisait ses gammes dans son Missouri natal était déjà loin, en 1982, lorsque le chanteur tout juste âgé de trente ans débutait sa carrière solo. Le musicien avait déjà beaucoup collaboré avec les poids lourds du « soft rock » STEELY DAN, et travaillé avec les artistes les plus en vue du moment (Christopher Cross, Stephen Bishop, Kenny Loggins, etc.). Sa présence et son talent avaient même eu tendance à vampiriser les DOOBIE BROTHERS qui ne survécurent pas — pour quelques années du moins — à son passage dans le groupe. Il fut même question pour lui de rejoindre la future légende du rock californien TOTO, qui, ne parvenant pas à le convaincre, trouvera son bonheur en la personne de Bobby Kimball. Dans chaque style, on rencontre des individualités capables de fédérer un public bien au delà des spécialistes, et pour le genre westcoast, Michael McDonald est à mon avis de ces rares artistes-là. La chose s'explique assez facilement, il y a d'abord la voix du chanteur, chaude et douce, elle incarne remarquablement ce genre musical nourri au soleil californien. Un timbre à la fois viril et délicat, qui emprunte à la soul une manière d'enrober les mélodies, de les habiter, aussi à l'aise dans des tonalités graves que dans un registre plus aérien dont il use beaucoup et sans lasser. Au delà de cette voix remarquable, il y a une poignée de compositions qui définissent dans leur essence le genre westcoast, à commencer par le titre phare de ce disque, I Keep Forgettin', à la rythmique caractéristique, ouatée et dansante, et aux sonorités de guitare et de piano électrique dont la suavité a fait une belle part du succès de la westcoast. Autrement dit, c'est en quelque sorte à une leçon de westcoast que ce disque se livre (Love Lies, I Gotta Try, That's Why, etc.), et quand bien même tous les titres ne sont pas, mélodiquement, aussi accrocheurs que le tube susnommé, tous sont portés par le talent et la maîtrise de son interprète.





avatar
Pichon
Admin

Messages : 503
Date d'inscription : 26/01/2016
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur http://aor-westcoast.fr-bb.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: MICHAEL McDONALD - If That's What It Takes (1982)

Message par TheWickerMan le Lun 13 Mar - 12:55

Je ne connais que le tube. Il faudrait que j'écoute le reste à l'occasion Wink
avatar
TheWickerMan

Messages : 64
Date d'inscription : 30/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum