STEVE PORCARO : Someday/Somehow (2016)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

STEVE PORCARO : Someday/Somehow (2016)

Message par Jean-Philippe Réjou le Dim 16 Oct - 15:52



1.   Ready Or Not
2.   Loved By A Fool
3.   Someday/Somehow
4.   Swing Street
5.   She's So Shy
6.   Back To You
7.   Face Of A Girl
8.   To No One
9.   Make Up
10. She's The One
11. Night Of Our Own
12. Painting By Numbers
13. More Than I Can Take

S’il y a un album qui était attendu cette année, c’est bien celui de Steve Porcaro. A titre personnel, j’ai toujours beaucoup apprécié les (trop rares) compositions de SP pour Toto, mais également pour d’autres artistes avec lesquels il a collaboré. Tout le monde pense en particulier à Michael Jackson et le fameux « Human Nature » qui est aujourd’hui un grand classique.

Depuis la mort de Jeff Porcaro (1992), un album des Porcaro Brothers était devenu plus qu’hypothétique, bien que ce projet réapparut vers la fin des années 90. Lors de différentes interviews, Mike Porcaro en avait évoqué la possibilité. Ils auraient pris des parties de batterie de Jeff et les auraient mixés sur des nouveaux morceaux. Projet alléchant, mais qui ne vit jamais le jour.

Un single fut pourtant édité en 1997, et parut sous le nom de Porcaro Brothers. « Young At Heart » est un titre composé par Steve Porcaro, produit par Mike Pocaro avec Joseph Williams au chant et Carlos Vega à la batterie. Cette chanson avait été produite pour la finale de la Ligue des Champions.

Steve Porcaro ne faisait plus partie de la formation officielle de Toto depuis la fin de la tournée « Fahrenheit ». Il apparaît sur « The Seventh One » et tous les autres albums de Toto, mais juste pour des programmations et autres effets sonores. Les années 90 le virent se consacrer à des musiques de films et de séries télévisées. Il fit tout de même quelques apparitions « live » en compagnie de Jay Graydon pour la tournée du « All Star Band », on peut aussi l’apprécier sur le DVD de Michael McDonald « A Gathering Of Friends ».

2010 marqua son grand retour dans le groupe Toto, la reformation fut décidée afin de lever des fonds pour venir en aide à Mike Porcaro qui avait été diagnostiqué avec l’ALS. On pouvait à nouveau admirer les deux claviers légendaires de Toto se faisant face et se répondant comme par magie, durant les différentes tournées qui ne manquèrent de s’enchaîner jusqu’à cette année. Toto a annoncé une nouvelle tournée américaine pour cet été aux Etats-Unis, et pour l’été prochain (2017) dans des festivals en Europe et en France.

Un peu plus d’un an après la parution du Toto XIV, voici enfin le premier album de Steve Porcaro qui arrive dans les bacs. Mieux vaut tard que jamais, et à l’écoute de ce disque, on ne regrette pas d’avoir attendu si longtemps !

Steve Porcaro est une partie de Toto, mais n’est pas Toto, il a été en ce qui me concerne une donnée essentielle du groupe durant la fin des années 70 et les années 80. Son départ de Toto additionné à la mort de son frère Jeff, m’éloigna du groupe durant quelques années. J’aime le côté intimiste de ses compositions, il sait apporter au groupe son côté inventif dans les programmations et les parties de claviers. Ce n’est pas un virtuose comme peut l’être un David Paich, mais il est pour moi essentiel dans l’alchimie et le son de Toto.

On retrouve d’ailleurs tout au long de ce « Someday/Somehow » ce côté inventif et ce son qu’il a si brillamment distillé au fil des albums de Toto sur lesquels il a participé en tant que membre du groupe. Les compositions sont particulièrement brillantes et vont se découvrir, et s’apprécier de plus en plus, au fur et à mesure des écoutes. A mon humble avis, ce disque va devenir un « classique westcoast » des années 2010. Le mot « masterpiece » ne sera pas usurpé, mais pour ça, c’est le temps et les fans qui décideront !

On ouvre sur l’excellent "Ready Or Not" (Steve Porcaro / Michael Sherwood / Jamie Kimmet) un mid-tempo dans un style typiquement "porcaresque", bien évidemment on va y retrouver des côtés très Toto, les claviers dominent, comme d’ailleurs sur tout l’album. Le très bon "Loved By A Fool" (Steve Porcaro / Michael Sherwood) continue un peu dans le même ton que le titre précédent. Sur l’inventif "Someday Somehow" (Steve Porcaro / Michael Sherwood) une très belle mélodie arrive sur fond de programmations de synthétiseurs jouant les mêmes notes en boucle tout au long du morceau. La voix de Michael McDonald se fait entendre sur "Swing Street" (Steve Porcaro / Michael Sherwood), un titre enlevé, très californien dans l’esprit, ce titre monte en puissance et prend une très belle dimension dans sa deuxième partie avec l’apparition des chœurs et d’une trompette. Au bout de trois écoutes, il va vous trotter irrémédiablement dans un coin de votre tête… C’est en général le signe que ça peut faire un excellent "single". On atteint la grâce sur la ballade "She’s So Shy" (Steve Porcaro / Michael Sherwood / Jamie Kimmett), chanson que SP aurait aisément pu proposer à Michael Jackson si ce dernier était encore en vie. Dès la première écoute, j’imaginais la voix de Jackson qui aurait parfaitement collé à la mélodie de ce titre. "Back To You" (Steve Porcaro) est la chanson que nombre de fans attendait, on y reconnait avec le plus grand des plaisir le toucher magique et quasiment inimitable de Jeff Porcaro, Mike Porcaro est aussi présent à la basse, bref ils sont tous là, l’espace d’un titre, le bridge est dans la plus pure tradition "totoesque" et le refrain a très vite fait de vous hanter ! Encore une référence à Michael Jackson sur l’hypnotique "Face Of A Girl" (Steve Porcaro / Michael Sherwood / Jamie Kimmett), pourquoi ? Parce que l’on y retrouve un peu le rythme et les arrangements que Steve Porcaro avait si brillamment fait sur « Stranger In Moscow » morceau figurant sur l’album "History". "To No One" (Steve Porcaro / Michael Sherwood) peut faire penser à "Bend", en mieux, qui se trouve en bonus track du pressage japonais de l’album de Toto. Jamais deux sans trois concernant les références à Michael Jackson, en effet « Make Up » (Steve Porcaro / Michael Sherwood) possède des couplets dont les accords se rapprochent de « Human Nature », et évidemment ce n’est que du bonheur ! Après la longue intro instrumentale de "She’s The One" on atterri sur un mid-tempo et une mélodie qui fait mouche. Tiens Michael McDonald est de retour sur le très beau "Night Of Our Own" (Steve Porcaro / Michael Sherwood / Jamie Kimmett) qui est également un des sommets de cet opus ! "Painting By Numbers" (Steve Porcaro / Michael Sherwood / Juius Robinson) est peut-être le titre que je préfère, une mélodie délicate très bien enveloppé dans de belles nappes de claviers et magnifiquement interprété par Mabvuto Carpenter, le refrain et les couplets sont beaux, au bout de deux ou trois écoutes ça prend aux tripes ! On termine sur "More Than I Can Take" (Steve Porcaro), SP nous dit au revoir avec sa voix et un piano, pas besoin de plus pour apprécier cette belle chanson…
Un album qui à mon avis restera comme un des plus aboutis d’un des membres de Toto en solo. Il rentrera sans coup férir dans la catégorie des "masterpiece westcoast" très bientôt. Que dire de plus, sinon qu’il faut absolument le posséder et l’apprécier à sa juste valeur plus sur un CD qu’en téléchargement. Dans le "booklet" vous pourrez y découvrir une photo inédite des trois frères Porcaro, ainsi que tous les crédits (les musiciens morceau par morceau) relatifs à ce disque. Chapeau bas Mr. Porcaro. J'en redemande !

Produced by : Steve Porcaro
Co-Produced by : Michael Sherwood
Engineered by : Forrest Riege, Ryan Johnson, Mike Ging, Shannon Forrest, Marc Bonilla, Ed Cherney, Oscar Doniz, Greg Ladanyi, Julian Chan
Mixed and Mastered by : John Paterno

Lead Vocals : Steve Porcaro, Michael Mcdonald, Jamie Kimmett, Mabvuto Mavuto Carpenter, Michael Sherwood
Keyboards, Piano & Programming : Steve Porcaro
Synthesizers : John Van Tongeren
Bass : Mike Porcaro, Sam Porcaro
Drums : Jeff Porcaro, Shannon Forrest, Rick Marotta, Robin DiMaggio, Toss Panos
Guitars : Steve Lukather, Marc Bonilla, Jimmy Haun
Percussion : Lenny Castro, Robin DiMaggio
Trumpet : Carl Saunders
Drum Loop : Mike Biardi
Penny Whistle, Flutes : Don Markese
Backing Vocals : Michael Sherwood, Steve Porcaro, Jamie Kimmett
Horns : Carl Saunders : Trumpet – Scott Whiitfield : Trombone – Chuck Manning : Saxophone
Strings : Songa Lee : Violin – Marisa Kuney : Violin – Darrin McCann : Viola – Timothy Loo : Cello

Voici la réaction que Steve Porcaro m'avait posté suite à cette critique sur Facebook :

"Jean Phillippe - Thank you, thank you, thank you so much for your detailed, thoughtful review. It really means a lot to me that someone like yourself, who listens to so much music day in and day out, has responded the way you have. Over the years, I sometimes would play my songs to friends that I trust, and sometimes, when the songs were in a rough demo form, I would get blank stares in response. It would make me doubt my self and my music. I always felt there were people out there who would "get" me, and it feels great to hear from you!! Thanks again and take care."








Jean-Philippe Réjou

Messages : 30
Date d'inscription : 03/10/2016
Localisation : Périgueux

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: STEVE PORCARO : Someday/Somehow (2016)

Message par Pichon le Dim 16 Oct - 16:21

Belle idée que de rappeler la sortie de ce disque. Une des très rares nouveautés que j'ai écoutée avec enthousiasme ces dernières années.

Je ne le connais pas encore suffisamment pour en parler en détail, il me faudra encore quelques écoutes pour bien en percevoir la finesse. Le titre qui pour l'instant émerge de l'ensemble, c'est le morceau qui a donné son nom à l'album, mais ce disque s'apprécie dans son ensemble dès les premières écoutes.

Comme toi, Jean-Philippe, je trouve que ses interventions dans Toto ont été beaucoup trop rares (du coup, j'en suis presque à regretter qu'il n'interprète pas tous les titres de son album, bien qu'admirant la voix de McDonald, pour ne citer que le plus fameux des invités sur ce disque). Rares était donc ses interventions dans Toto, mais à chaque fois, il faisait mouche et apportait une nuance de légèreté, de douceur. "It's A Feeling" est un titre splendide. "Takin' It Back" également. On retient ses mélodies quasiment dès la première écoute, c'est un signe qui ne trompe pas. La ballade "Lea" aussi, dont j'ai longtemps cru qu'elle était chantée par Steve Porcaro lui-même, avant de lire qu'il s'agissait en réalité de Joseph Williams (on peut dire qu'il avait bien saisi l'univers musical de son partenaire).

Un grand monsieur.
avatar
Pichon
Admin

Messages : 625
Date d'inscription : 26/01/2016
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur http://aor-westcoast.fr-bb.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum